Inauguration du site des Rouillons, 1ère opération globale de relogement en habitat adapté

Édité le 21 novembre 2022

Mardi 15 novembre a été inauguré le lotissement des Rouillons situé à Groslay, en présence de Philippe Court, Préfet du Val d’Oise, Jacqueline Eustache-Brinio, Sénatrice du Val-d’Oise, Luc Strehaiano, président de la communauté d’agglomération Plaine Vallée, Sophie Deschiens, présidente de l’AEV, Julien Bachard, vice-président de la communauté d’agglomération Plaine Vallée et Vincent Péronnaud, directeur général de l’OPAC. Ce projet est la première partie d’une opération globale de relogement en habitat adapté, lancé il y a 20 ans par Plaine Vallée et ses partenaires, qui prévoit la construction par l’OPAC de l’Oise de 93 logements répartis sur trois sites intégrés : les Rouillons, le Champ à Loup et le Pintar.

Dans le cadre de la réhabilitation du domaine régional de la Butte Pinson, l’agglomération Plaine Vallée s’engage pour le relogement de 120 familles, issues de la communauté des gens du voyage. 

En novembre 2004, les services de l’Etat demandent à la CAVAM (ancienne agglomération) d’intégrer dans le Plan Local d’Habitat Intercommunal la résolution de la question des familles sédentarisés sur les communes de Groslay et Montmagny.

Ce relogement en habitat adapté est un préalable à la réalisation du projet du conseil régional d’Ile-de-France, qui prend en 1986 la décision de créer un parc régional sur le domaine de la butte Pinson via son Agence régionale des Espaces Verts. Ce parc en milieu urbain dense est appelé à s’étendre, une fois achevé, sur 122 hectares et 4 communes (Groslay, Montmagny, Pierrefitte-sur-Seine et Villetaneuse).

Plaine Vallée et l’Etat s’engagent alors à libérer la majeure partie des espaces avec cette ambitieuse opération de relogement d’une centaine de familles.

Ainsi, après avoir effectué un diagnostic social en 2005, les élus de l’Agglomération valident en 2007, une intervention communautaire de relogement de ces familles installées souvent depuis des décennies sur les deux communes et dont les implantations empêchaient la réalisation du parc régional.

La CAVAM contractualise dès lors avec l’ancien l’Etablissement Public Foncier du Val d’Oise en 2008 pour procéder aux cessions et au portage du foncier, permettant à l’agglomération d’acquérir près de cinq hectares (45.000 m² exactement) sur 3 sites à Groslay et à Montmagny : les Rouillons, le Pintar et le Champ à Loup.

La mise en œuvre de ce projet d’envergure confiée à un bailleur social pour construire 93 logements en habitat adapté.

En 2012, la CAVAM lance une consultation puis signe un bail emphytéotique administratif ainsi qu’une convention de co-maitrise d’ouvrage avec l’OPAC de l’Oise en 2015.

En parallèle, le renforcement de l’équipe en charge du projet permet d’initier les études de faisabilité et de conception et engager l’accompagnement des ménages pour finalement signer des protocoles de relogement au bénéfice des familles recensées, soit environ 420 personnes pour 120 ménages.

Lancement des travaux

En 2018, les travaux commencent avec une phase de préparation (défrichage, nettoyage puis dépollution, piquetage géomètre), et 36 mois plus tard, après des arrêts de chantier liés à la pandémie, l’inauguration de la  1ère tranche de 20 logements est organisée aux Rouillons.

Les sites du Champ à Loup – 38 logements – et du Pintar – 35 logements – seront quant à eux livrés d’ici quelques semaines à leurs futurs occupants.

Une première en France

L’objectif de cette opération qui n’a pas d’équivalent à ce jour en France, est de permettre à chaque famille de louer, sans durée prédéterminée, un terrain équipé d’un espace de vie « en dur » donnant accès  à l’eau et à l’électricité, tout en autorisant la conservation de leur caravane et en préservant au maximum leurs modes de vie.

Ces réalisations doivent aussi, aussi et surtout, favoriser l’insertion sociale et économique, avec un meilleur accès au droit commun et à l’éducation.

Nos partenaires :

– l’Etat, à travers les prêts Locatifs Aidés à l’Intégration ;

– le conseil régional d’Ile-de-France et l’AEV qui ont cédé la partie du foncier dont ils étaient propriétaires ;

– l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France, qui a repris les opérations portées en leur temps par l’EPFVO.

– Toutes les entreprises intervenues sur cette réalisation.

logo de lien pour partager la page sur Facebooklogo de lien pour partager la page sur Twitterlogo de lien pour partager la page sur Google pluslogo de lien pour partager la page par email

AGENDA