Halte aux lingettes dans les toilettes !

Édité le 25 janvier 2022

Les lingettes désinfectantes sont de plus en plus utilisées en cette période d’épidémie où l’hygiène occupe une place prépondérante. Malheureusement, beaucoup finissent dans les toilettes ! Ce petit geste apparemment sans conséquence provoque de graves dysfonctionnements sur les réseaux d’assainissement et n’est pas sans incidence sur votre facture d’eau…

Le mythe de la lingette biodégradable

Désinfectantes, démaquillantes ou nettoyantes… les lingettes sont omniprésentes dans notre quotidien. Les français en consomment près de 47 000 tonnes/an. Si beaucoup de fabricants les présentent comme des produits biodégradables, elles sont en réalité une vraie calamité pour l’environnement !

Constituées de fibres synthétiques ultra-résistantes, elles mettent très longtemps à se décomposer dans les réseaux alors qu’il ne faut que quelques heures à vos eaux usées pour parvenir à la station d’épuration.

Une fois dans les réseaux d’assainissement, les lingettes s’agglomèrent et finissent par boucher les canalisations.

Il est donc impératif de les jeter à la poubelle ! Tout comme les essuie-tout, mouchoirs, rouleaux de papier toilette, serviettes hygiéniques ou tampons … Sans oublier l’huile de cuisson et les restes alimentaires évacués dans les siphons des éviers, qui ne font qu’amplifier le problème.

Des interventions coûteuses qui se répercutent sur la facture d’eau

« Contrairement au papier toilette qui s’élimine directement dans l’eau, les lingettes mettent plus de 90 jours pour se désagréger. Elles s’accumulent dans les réseaux, ramassant au passage d’autres détritus, des graisses notamment, qui se figent en refroidissant. Elles provoquent alors un amalgame dans les canalisations et empêchent les eaux usées de s’évacuer. Cela entraîne des refoulements d’égouts dans les habitations, des débordements en milieu naturel et des dysfonctionnements des pompes de relevage.

Depuis le début de la pandémie, les interventions d’urgence pour canalisations bouchées et pompes de relevage obstruées se sont fortement multipliées. En 2021, plus de 3/4 des interventions déclenchées pour déboucher les réseaux étaient liées à des amalgames de lingettes.

En moyenne, nos techniciens interviennent 3 fois par semaine sur ce type de problème. Près de 150 interventions ont ainsi été opérées l’an dernier. Ces coûts d’entretien supplémentaires se répercutent directement sur les factures d’eau. » explique Alice Brandenburg, Responsable Assainissement, en charge de l’entretien et de la rénovation des 670 km de canalisations du réseau Plaine Vallée.

logo de lien pour partager la page sur Facebooklogo de lien pour partager la page sur Twitterlogo de lien pour partager la page sur Google pluslogo de lien pour partager la page par email

AGENDA